Parentalité positive : Les 20 grands principes

Parentalité positive : définition

Comme le disent Camille et Olivier du blog des « Super-parents »,   » La parentalité positive c’est un ensemble d’outils qui permettent aux parents de mieux gérer des situations difficiles, tout en privilégiant l’intérêt de l’enfant (les besoins des enfants passent avant ceux des parents) et en favorisant son épanouissement »

[Retrouvez mon article sur le site des Super Parents en cliquant sur ce lien]

J’irai pour ma part plus loin que ça. Pour moi la parentalité positive est d’avantage un état d’esprit, une philosophie de vie.  Loin d’une méthode à appliquer, la parentalité positive et bienveillante devient alors un fil rouge, une ligne directrice qui inspire nos décisions éducatives

La parentalité positive nous donne des outils éducatifs qui tendent à favoriser la construction sereine et l’épanouissement de nos enfants : plutôt pas mal non?!

Oui mais alors, à quel prix pour les parents? C’est bien joli  de prendre soin de nos enfants mais faut-il pour autant renoncer à notre propre bien être, à nos besoins, à nos coups de gueule, nos émotions, notre spontanéité?

Non bien sûr, bien que ce soit les arguments favoris des détracteurs de cette forme d’éducation, la parentalité bienveillante nous invite aussi à prendre soin de nous ! Comment être bienveillant avec nos enfants si nous ne sommes nous même pas bien dans nos baskets?! C’est tout simplement impossible !!

parentalité positive et bienveillante

Je refuse l’étiquette de « maman bienveillante ». D’abord en bonne zébrée que je suis, je déteste les étiquettes !! Et puis surtout, cela voudrait dire que certains parents sont bienveillants et d’autres ne le sont pas… Je ne crois pas que ça fonctionne ainsi. Je suis convaincue que chaque famille fait ce qu’elle peut mais pense toujours faire au mieux pour ses enfants. Bien sûr, certaines familles pathologiquement maltraitantes sont malveillantes (et j’en ai rencontré un certain nombre dans mon travail d’éducatrice spécialisée!!) mais, vous savez quoi, elles pensent tout de même pour la plupart faire au mieux pour leurs enfants. Elles nourrissent toutes cette envie, même si elles n’y parviennent pas toujours ou n’en ont pas les moyens.

Et puis je ne sais pas vous, mais moi, je ne suis pas toujours la même maman !! Bien sûr j’essaye au mieux de mes capacités de suivre ma ligne directrice, mon fil rouge de la parentalité positive mais je n’y arrive pas toujours ! Les contextes de la vie ne me donnent pas toujours les moyens d’être exactement la maman que je voudrais être : parce que je n’ai pas assez dormi, parce que je suis fatiguée, parce que je suis pressée, parce que j’en ai marre… Vous connaissez toute ça non ces jours où tout va mal?! Et bien moi aussi et ces jours là je perds mon fil rouge !

Mais ce n’est pas grave, parce que je finis toujours par le retrouver et c’est ça qui compte. Finalement, si je devais définir une maman bienveillante, ce serait sans doute une maman comme les autres, avec des jours « avec » et des jours « sans » mais qui fait du mieux qu’elle peut avec les moyens qu’elle a en elle à l’instant T pour suivre les principes de sa philosophie de l’éducation !

Stéphanie du blog « Maman bienveillante » définit d’ailleurs elle aussi cette dynamique comme un chemin à parcourir, en conscience.

parentalité positive

La parentalité positive côté parent :

  1. Prendre soin de soi

La parentalité positive nous invite à prendre soin de nous.  Prendre soin de nous, c’est veiller à ce que nos besoins soient satisfaits pour que nous puissions offrir le meilleur de nous même à nos enfants. N’oubliez pas qu’une petite pause, un passage de relais aux tatas ou aux grands-parents, le temps de se ressourcer, de faire quelque chose pour soi fais doit aussi faire partie de vos actions de parentalité positive !

2. Ecouter ses besoins

La parentalité positive nous invite à répondre aux besoins vitaux et aux besoins affectifs de nos enfants. N’oublions pas que nous avons nous aussi des besoins et que ces besoins ont également besoin d’être satisfait pour notre équilibre. N’hésitez d’ailleurs pas à verbaliser vos besoins à vos enfants. Les enfants apprennent par imitation, s’ils vous entendent exprimer clairement vos besoins, ils ne tarderont pas à faire la même chose.

3. Etre conscient des fonctionnements spécifiques de nos enfants à Haut Potentiel

Il ne peut pas y avoir de dynamique positive et bienveillante sans une bonne connaissance de chacun de nos enfants. Nos enfants à Haut Potentiel ont des fonctionnements spécifiques et il nous faut les connaître pour adapter nos réponses éducatives le plus justement possible.

4. Définir des priorités

Quelles sont vos priorités dans l’éducation de votre enfant? Quels sont les objectifs éducatifs à long terme que vous visez? En répondant à cette question, vous pourrez relâcher un peu de pression sur certains comportements pour focaliser votre énergie là où c’est le plus important pour vous.

5. Prendre ses responsabilités

Comme je vous le disais dans la première partie de cet article, parfois nous traversons des jours gris, des jours où sans vraiment avoir de raison, nous avons moins de patience, nous sommes plus irritables. Il est alors important de prendre notre part de responsabilité dans la manière dont va se dérouler notre relation avec notre enfant. Nous devons alors exprimer la responsabilité de notre mauvaise humeur à nos enfants. Ils ne doivent pas se sentir « mauvais » parce que nous n’allons pas très bien !

6. Etre un modèle pour nos enfants

Attention, entendons nous bien, être un modèle pour nos enfants ne signifie pas que nous devons être des parents parfaits !! Il s’agit simplement de faire le mieux que nous pouvons avec les moyens que nous avons à l’instant T. L’imitation est un puissant facteur d’apprentissage. C’est justement en vous montrant imparfaits que vous autorisez vos enfants à accepter leurs failles et leurs erreurs.

7. S’excuser

S’excuser est une des manières de reconnaître nos erreurs. En nous excusant, nous envoyons un message fort à nos enfants : l’erreur est possible, même chez les adultes !

8. Utiliser l’humour !

J’ai toujours considéré l’humour comme un outil très puissant dans l’éducation de mon fils. L’humour permet de dédramatiser les situations qui ne sont pas si grave mais il permet aussi de mettre un peu de gaieté et de légèreté dans nos relations avec nos enfants. 

9. Relativiser

Il est assez facile de relativiser lorsqu’on a réussi a se fixer des objectifs clairs dans l’éducation de nos enfants. Bien heureusement, tout n’est pas toujours catastrophique et même nos erreurs de parents sont de belles expériences pour nos enfants !

l'education positive

La parentalité positive : côté enfants

10. Respecte les droits de l’enfant

L’éducation positive se base sur la Convention relative aux droits de l’enfant ratifiée en 1989. Elle est fondée sur les droits des enfants à un développement sain, à la protection contre la violence et à la participation à leur apprentissage.

11. Répond aux besoins affectifs des enfants

Répondre aux besoins affectifs de nos enfants augmentent la probabilité qu’ils se construisent sereinement

12. Mettre en place des règles

La parentalité positive nous permet de mettre en place des règles de vie claires. Ces règles de vie sont indispensables pour la bonne construction psychique de nos enfants.

13. Considère l’enfant comme une personne

Là encore, je tiens à préciser ma pensée. Considérer l’enfant comme une personne ne veut pas dire le considérer comme un adulte miniature. Il est important de respecter la vitesse de développement psychique et affective de nos enfants. Ce ne sont pas des adultes miniatures, capables des mêmes raisonnements que nous. Néanmoins, ils peuvent être écoutés, respectés, considérés. Considérer un enfant comme une personne est pour moi le respecter tel qu’il est et là où il en est de sa construction.

14. Favoriser l’autonomie

En éducation spécialisée, l’autonomie fait partie des grands axes de travail. Elle est un des éléments indispensable de la croissance d’un enfant. En favorisant l’autonomie de nos enfants, la parentalité positive les invite à grandir et à avoir de plus en plus confiance en eux. Et nous savons que la confiance en soi n’est pas la plus grande force de nos enfants précoces !

15. Mettre en place une éducation non violente

Bien que la France soit en retard pour faire de l’éducation non violente une priorité, il n’en reste pas moins que le modèle de la parentalité positive nous invite à cette forme de non violence. Elle utilise d’ailleurs un puissant outil dont je vous reparlerais très prochainement : la Communication non Violente

16. Accompagner les émotions

La parentalité positive nous invite à aider nos enfants à mieux vivre leurs émotions. Souvent hypersensibles, nos enfants à Haut Potentiel sont particulièrement en difficulté dans la gestion de leurs émotions. L’éducation positive propose de très bons outils pour les accompagner dans cet apprentissage.

17. Éduquer sans punir

Nous le savons depuis de très nombreuses années. Le modèle de la punition n’est pas efficace en terme d’apprentissage. Il permet de stopper momentanément un comportement indésirable mais ne permet pas à l’enfant (ni aux adultes d’ailleurs) d’apprendre quelque chose de cette expérience, quelque  chose d’important, autre que la peur de la punition.

18. La formulation positive

C’est l’un des outils de la parentalité positive. Outre le fait qu’elle favorise une bonne communication avec nos enfants, la formulation positive nous permet d’ajouter une petite touche d’optimisme dans nos journées. Cette manière de parler n’est pas encore innée chez nous car nous n’avons pour la plupart pas bénéficié de cet outil éducatif. J’aime à penser que nos enfants utiliserons à leur tour et de manière naturelle et spontanée cette formulation avec leurs futurs enfants, participant activement de la sorte à la création d’une société positive et bienveillante.

19. Créer une relation basée sur le respect et la confiance

Un des effets de la mise en place des outils de la parentalité positive est la création d’une relation de qualité avec nos enfants. Cette qualité de relation basée sur le respect et la confiance perdurera au delà des années.

20. Individualiser ses actions éducatives

Vous le savez si vous me suivez depuis quelques temps déjà : en tant qu’éducatrice spécialisée, je suis une grande partisane de l’individualisation des projets et des actions éducatives pour les enfants et encore plus pour nos enfants précoces.

A vous de jouer !

Et vous, quels sont les principes de la parentalité positive qui vous séduisent le plus? Ceux qui font partis de votre fil rouge, de votre philosophie d’éducation avec votre enfant à Haut Potentiel? Et ceux auxquels vous n’arrivez pas à adhérer? Et si nous en parlions en commentaire? N’hésitez pas, j’adore lire vos commentaires !

quotient emotionnel, parentalité

3 Réponses à “Parentalité positive : Les 20 grands principes

  • Bonjour Séverine, je te remercie pour te article très complet qui permet de passer en revue les principes fondamentaux qui doivent nous guider. Comme tu le dis si bien, le parcours de maman est jonché d’expériences. Nous sommes amenées à vivre des moments de joie comme d’autres moments plus douloureux. J’adhère à 100 % à tous les principes que tu énonces et je demeure convaincue, comme tu l’expliques dans ton « A propos », que toute théorie aussi inspirante soit elle ne peut être une réponse suffisante puisque l’approche éducative est tout d’abord issue d’une rencontre unique : celle d’un adulte et d’un enfant, tous deux des êtres qui transportent leurs histoires, leurs personnalités, leurs sensibilités et leurs ressources intérieures. Pour ma part, j’essaie au quotidien d’être une maman en pleine conscience, en connexion profonde avec ce que je suis mais également dans un esprit d’accueil et d’ouverture pour comprendre mon enfant tel qu’il est. Ma pratique de la méditation et de la pleine conscience me permettent de me distancer de mes propres pensées et de mes propres attitudes pour vivre pleinement l’expérience de chaque moment et rester alignée.

  • Merci pour ces bons conseils.
    Je ne pense pas être une maman parfaite et les enfants sont eux-mêmes bienveillants, ce qui me pousse à être plus attentive à leur bien-être, et à relativiser sur plein de choses.
    Pour ma part mes enfants ont appris le sens de l’humour en même temps que la parole, cela aide à dédramatiser bien souvent. Le plus difficile est de conjuguer l’éducation de 3 enfants « atypiques », avec des écarts d’âge. Leur apprendre à se respecter les uns les autres n’est pas toujours une mince affaire en pleine crise. Tout comme gérer le regard des autres, la communication non verbale peut surprendre l’entourage.
    De temps en temps ça explose (famille pop-corn), mais il est toujours possible d’ouvrir le dialogue une fois la crise passée.
    Je dois personnellement revoir les deux premiers points, car finalement c’est une bonne base. Les enfants sont des éponges à émotion.

Laissez moi votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: