La peur chez les enfants à haut potentiel

Manifestations de la peur

Une manifestation physiologique face à un danger

Face au danger, la peur mobilise l’organisme. Le corps se prépare à réagir au plus vite. Les battements du cœur s’accélèrent afin de diffuser un maximum de sang dans les muscles. Vous ou vous enfants ressentez une sensation de froid, votre peau se couvre de chair de poule, votre bouche devient sèche, votre estomac se noue… Avant même que nous n’en ayons conscience, nous sommes prêts, soit à affronter le danger, soit à le fuir. Nos forces physiques comme psychiques sont décuplées.

Et oui, avant tout, chaque émotion se caractérise par des sensations physiques, ressenties par tout un chacun de manière identique. Enfin pas tout à fait ! Les enfants ressentent plus intensément ces sensations car ils n’ont pas encore appris à refouler leurs émotions, à les canaliser voir dans le pire des cas, les nier.

Le corps a été très sollicité par ce déferlement de sensations. Il a maintenant besoin de décharger. La décharge se caractérise souvent par des tremblements de tout le corps suivi rapidement par des cris et des pleurs.

La peur chez les enfants

Les enfants sont soumis à de nombreuses situations où ils éprouvent de la peur. Que leurs objets de peurs soient réels ou imaginaires, les signaux envoyés par leur corps sont les mêmes. Qu’ils s’agissent des peurs classiques de monstres, du noir, que ces peurs ne soient finalement pas tout à fait les leurs mais les nôtre (et oui, les enfants sont de véritables éponges émotionnelles !), l’émotion qu’ils éprouvent n’en est pas moins réelles pour eux.

L’éducation positive nous invite à accueillir cette émotion sans l’analyser avec notre cerveau d’adulte. Dire à un enfant « n’ai pas peur » ou encore « tu n’as pas de raison d’avoir peur » consiste à lui envoyer un message qu’il vivra contradictoire, le schéma de pensée qui se mettra en route cela alors le suivant dans l’esprit inconscient de votre enfant : mon corps m’envoie un message mais papa ou maman me dit que ces signaux sont faux ?! Qui croire ? Et bien papa ou maman puisque ce sont mes figures d’attachement et que j’ai toute confiance en eux ! »

L’émotion risquera d’être réprimée ou déplacée.

La peur chez les enfants intellectuelllement précoces

Les enfants intellectuellement précoces sont souvent des enfants qui éprouvent des peurs intenses.

Les peurs irrationnelles comme la peur du loup, des monstres, du noir sont assez fréquentes et perdurent souvent.

Ils ressentent de manière intense des peurs externes qui les maintiennent dans un état constant d’hypervigilance face au monde qui les entoure. D’autre peurs internes, plus profondes viennent s’ajouter à leur fonctionnement.

Comme si cela ne suffisait pas, les enfants intellectuellement précoces ont une capacité très fine d’empathie. Ils ressentent quasi instantanément l’état émotionnel de l’autre. S’ajoute à cela une lucidité (parfois déconcertante) implacable sur le monde qui les entoure. Cette lucidité est à l’origine d’une anxiété quasi constante qui empêche toute forme de « lâcher-prise ». Tout cela est bien entendu source de grande inquiétude : comment se sentir rassuré par des adultes dont on ressent la propre peur ?

Ce monde émotionnel riche, intense ; ces émotions vives, les plongent dans un sentiment fréquent de grande solitude émotionnelle. Comme les autres enfants mais peut-être encore plus que les autres, ces enfants ont besoin d’écoute, d’accueil, de respect et de soutien afin de leurs permettre de s’apaiser et de parvenir à dépasser leurs peurs.

Lorsque l’on sait que derrière chaque colère se cache une peur, nous avons peut-être là une des clefs pour comprendre et accompagner nos enfants et diminuer les « crises » ou les grosses colères ! Mais ce sera l’objet d’un prochain article 😉

Accompagner les peurs de nos enfants

Notre rôle en tant que parent est très important dans l’accompagnement des peurs de nos enfants.

En accompagnant de manière bienveillante leurs peurs, nous permettons à nos enfants de les apprivoiser, de les dépasser mais aussi et surtout de renforcer leur confiance en eux. Quoi de plus rassurant que d’être capable d’affronter ses peurs ! Vaincre ses peurs, c’est grandir un peu plus et se préparer à affronter les prochaines épreuves qui ne manquerons pas de se présenter dans leurs vies.

 

Trucs et Astuces :

  • Proposez à votre enfant d’exprimer son ressenti et accueillez avec respect ses propos. Vous pouvez l’aider en lui posant des questions ouvertes.
  • Reconnaissez la peur de votre enfant : « Tu as eu peur de ce chien ? Je comprends, moi aussi il m’a fait peur quand il a aboyé si fort »
  • Rassurez-le, un petit câlin fait toujours beaucoup de bien après une grosse peur
  • Aidez-le et encouragez-le à trouver une solution, des astuces pour affronter sa peur. En le rendant acteur, vous contribuerez à renforcer se confiance en lui
  • N’oubliez pas de le féliciter de la manière dont il a exprimé ou géré sa peur. Dites-lui que vous êtes fier de lui !
  • Utiliser les techniques de relaxation et de sophrologie dès le plus jeune âge peut-être très intéressant, notamment pour les enfants intellectuellement précoces. Cela leur permet d’apprivoiser leurs émotions et surtout d’apprendre des techniques capables de diminuer les sensations physiques extrêmement désagréables de la peur.

 

parent precocite
Cliquez sur l'image pour recevoir votre livret GRATUIT
education positive

Accompagner les émotions de mon enfant à Haut Potentiel

Demander votre livret 100% GRATUIT en cliquant ici !

confiance enfant precoce

2 Réponses à “La peur chez les enfants à haut potentiel

  • Merci Severine !
    Je déculpabilise beaucoup à te lire… ouf !
    et je me sent mieux armé!
    Mon fils de 8 ans à fait ses nuits à 6! Oui 6 ans sans dormir, c’est long; terreurs nocturnes ont fait mon quotidien, merci de poser le lien avec la précocité.
    Je m’en douté, cette confirmation me soulage.
    Courage, parents qui traversez la tempète.

Trackbacks & Pings

Laissez moi votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: