Du Haut Potentiel à la Philocognition

J’ai assisté le 30 Mars 2018 à une journée organisée à Montpellier par Olivier Revol, Michel Habib et V.Brun. Le thème de cette journée était « L’enfant à Haut Potentiel Intellectuel : Regards Croisés »

Au cours de cette journée, de nombreux professionnels de différents champs d’expertises nous ont proposé des conférences toutes plus passionnantes les unes que les autres !

J’ai décidé de vous faire profiter des toutes dernières découvertes et pensées sur le Haut Potentiel en vous rédigeant quelques articles issus de ce symposium

Fanny Nusbaum, philocognition, Haut Potentiel

Du Haut Potentiel à la philocognition : vers un nouveau modèle de l'intelligence

Partant du constat qu’aucun des termes actuellement employés pour définir la forme d’intelligence spécifique des enfants à Haut Potentiel, n’est satisfaisant, Fanny Nusbaum et son équipe propose une nouvelle terminologie et propose ainsi le terme de Philocognition.

Cette proposition est étayée par l’Imagerie par Résonnance Magnétique (IRM).

Les 3 fondamentaux de la philocognition

L'hyperspeculation

En tant que parents d’enfants à Haut Potentiel (ou désormais philocognitifs), nous sommes souvent confrontés à leur besoin viscéral de contrôle. Ce besoin de contrôle les amène à lutter en permanence contre l’incertitude pour maintenir justement cette sensation de contrôle. Il leur est quasi impossible de vivre leur vie quotidienne sans se poser de question !

Tout raisonnement basique se voit extrapolé, poussé plus loin… on parle ainsi d’hyperspéculation pour parler de cette réflexion permanente.

L’IRM permet de voir cela sur les clichés fait du fonctionnement du cerveau au repos. Notre cerveau n’est en fait jamais au repos ! Si nous cessons de penser volontairement, nos pensées, nos idées vont se mettre à divaguer seules. Cette activité au repos est plus importante chez les philocognitifs que chez les neurotypiques (ou personne lambda).

hyperacuite, haut potentiel

Hyperacuité

Plusieurs régions cérébrales sont particulièrement développées chez les philocognitifs (insula, cortex, cingulaire antérieur…).

Ces régions du cerveau correspondent aux traitements des informations sensorielles, proprioceptives et émotionnelles.

Cette sensibilité exacerbée peut donner lieu tantôt à un meilleur contrôle des éléments précités, tantôt à un saturation qui ne permet alors plus à l’individu de s’adapter au mieux à son environnement.

Chez tout un chacun, l’esprit compare chaque expérience vécue à une expérience antérieure pour en retirer des régularités. Ce système permet entre autre la formation du sentiment d’être soi.

Ce processus est particulièrement développer chez les personnes Philocognitifs ce qui leur permet une pensée fulgurante et aussi une capacité plus rapide dans le cadre de la résolution de problème.

Ainsi l’imagerie démontre des régions cérébrales significativement plus développées chez les Philocognitifs : mémoire épisodique, simulation mentale, projection alternative, arborescence inconsciente.

hyperlatence, haut potentiel

Les 2 profils de philocognition

Les Philo-complexes

L’hyperspeculation, l’hyperacuité et l’hyperlatence sont souvent expérimentés avec irrégularité, à l’excès avec une gestion approximative.

Ils font preuve d’un collage émotionnel qui les rend sujet à la contagion et à l’amplification des émotions.

L’I.R.M montre un réseau de langage et de la parole particulièrement bien développée. Cette connectivité structurale leur confère une forte inclination pour une analyse détaillée des informations externes. Leur vie intérieure est foisonnante, leur pensée particulièrement autonome. Ils ont une motivation sans faille pour ce qui les passionnent.

Ce sont des Interpréteurs : ils ont tendance à analyser le monde en fonction de leur propre représentation

Les Philo-Laminaires

Ce sont les philocognitifs dont le profil est plus homogène. Ce sont de véritables couteaux suisse au sein de la société. 

Ce sont des enfants généralement bien adaptés socialement. Il comprennent assez finement leur environnement et ce que l’environnement attend d’eux.

Ils sont moins motivés par leur propre réussite que par l’équilibre au sein de leur système d’appartenance.

Ils ont une tendance à mettre de côté leurs propres émotions. Ils chercheront donc assez naturellement à remplacer les émotions éprouvées par des sensations physiques, plus tangibles, plus contrôlables.

Le Philo-Laminaire se trouve en général dans la recherche d’un consensus. Ils se construit plusieurs hypothèses qu’il tente de confronter à la réalité pour s’en forger un modèle de compréhension à l’épreuve de la contradiction.

Ce sont des Explorateurs : toujours ouverts à des perspectives nouvelles et généralement armés pour faire face à l’inattendu.

Alors, avez-vous reconnu votre enfant dans le profil Philo-Complexe ou plutôt dans le Philo-Laminaire?

Que pensez vous de ces termes? Seriez vous prêts à changer de terme pour qualifier votre enfant?

On en parle dans les commentaires? A tout de suite….

4 Réponses à “Du Haut Potentiel à la Philocognition

  • certaines descriptions me font penser aux structures de projets de sens d’Antoine de la Garderie. Un profil « découvreur » qu’on reconnait facilement à son approche « en gros », qui adore découvrir une nouveauté et passe ensuite à autre chose… qui fait beaucoup de liens de similitudes, trouve des ressemblances… et puis un profil « inventeur » qui au contraire va tout de suite mettre l’accent sur les différences, et qui aime rentrer dans une technique pour aller au bout et inventer quelque chose de nouveau ! Tu l’auras compris je me situe évidemment dans le premier groupe des découvreurs… mais je trouve certains éléments de ressemblance… troublants ! Merci pour cet article et de ta mise en lumière !

    • Bonjour, pouvez vous me donner des références concernant cette structure de projets de sens d’Antoine de La Garderie? Merci d’avance.

  • Article très intéressant,très riche, merci beaucoup ! Le terme philo cognitif me convient bien, car il exprime davantage un ensemble de caractéristiques particulières qu’une supériorité (notion induite par haut potentiel, surdoué, précoce. …), il amène plus à l’idée de profil qu’à l’idée d’un score. Je vais relire et creuser. Je me retrouve et retrouve mes enfants dans le profil découvreur.

  • Marie Hullin
    2 moispassé

    Bonjour,
    Concepts très intéressants.
    Mais je n’ai pas vu dans l’article la partie sur l’hyperlatence? (Peut-être qu’il faut juste que je change mes lunettes 😉).
    Merci pour cet article en tout cas!

Laissez moi votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: