Les colères des enfants à haut potentiel

La colère

Le personnage préféré de mon petit garçon est HULK ! Dois-je y voir là un message ? Vous savez, Huk, ce personnage qui lorsqu’il se met en colère devient tout vert et très fort !!! Si vous aussi vous avez dans votre foyer un petit être qui soudain se transforme en Hulk, cet article peut vous intéresser !!

Les sensations liées à la colère

En cas de colère, les battements du cœur se font plus fort, la température de la peau augmente, nous avons la sensation d’avoir chaud, nous ressentons de la tension dans les mâchoires, nos sourcils se froncent, nos poings se serre et nous avons envie de frapper.

Fonction de la colère

La colère est une émotion de réparation face à un sentiment de frustration, d’injustice ou de blessure.

Lorsque quelqu’un men blesse, me frustre, m’envahit d’une manière ou d’une autre, il vient modifier mon sentiment d’unité. C’est comme-ci il y avait une bulle autour de mon moi qui représenterait mon sentiment d’unité et que l’injustice, la blessure ou la frustration imposée par l’autre venait déformer ma bulle. La colère est alors l’effort de l’organisme pour permettre à cette bulle de reprendre sa forme initiale.

Trucs et Astuces pour adultes !

Une colère classique, une colère d’adulte alerte sur la frustration d’un besoin et se libère simplement en exprimant à l’autre ce besoin. Nous pouvons le faire grâce à notre cortex préfrontal !

Accompagner la colère de nos enfants

Nos enfants fonctionnement grâce à leurs cerveau émotionnel. Ils ne sont donc pas encore capables de gérer leur colère seul. Comme à chaque fois qu’une émotion les traverse, ils deviennent pleinement cette émotion et la colère peut être une émotion particulièrement intense.

Il est totalement inutile de tenter de raisonner un enfant en colère ! Sa capacité de raisonnement n’est pas active à ce moment et n’oubliez pas qu’il est en train de lutter pour redonner à sa bulle, son sentiment d’unité, sa forme initiale. C’est presque une question de survie !!

La colère d’un enfant a souvent besoin de se décharger de manière physique. Elle donne envie de frapper. Il n’est bien sûr pas question de frapper une autre personne, c’est un interdit qui doit être absolu. Il est néanmoins possible d’autoriser, voir même de faciliter cette décharge physique. Avez-vous déjà entendu parlé du « coussin de la colère » ? Un coussin installé dans une pièce, de préférence pendu à quelque chose peut servir de lieu de décharge de la colère de votre enfant. Bien sûr, aucun enfant n’ira spontanément taper dans un coussin pour décharger son émotion. Il est nécessaire d’accompagner cette décharge, de la proposer, d’expliquer à vos enfants sa fonction dans un moment de calme. Vous pouvez même l’inviter à le personnaliser, le décorer afin qu’il se l’approprie vraiment. Proposez-lui de mettre un visage sur cette colère grâce à des stickers ou un feutre indélébile. Pendant que l’enfant décharge sa colère sur le coussin, restez avec lui, ne le laissez pas seul face à ce besoin de décharge physique qui peut être tellement fort qu’il peut en devenir effrayant.

Si la colère est moins forte, vous pouvez tenter d’utiliser d’autres outils comme un outil d’évaluation de l’intensité de la colère. Fabriquez une échelle de couleur comme un thermomètre gradué ou un symbole qui va du plus petit au plus grand ou tout ce qui peut faire sens pour votre enfant et peut lui permettre d’évaluer son état émotionnel. Quand une colère se déclenche, vous pouvez proposer à votre enfant de vous montrer à quelle intensité se situe sa colère. Cela vous permettra d’entamer un dialogue afin de savoir à quel besoin insatisfait sert cette colère. Il sera alors intéressant de demander à votre enfant ce dont il imagine avoir besoin pour calmer sa colère. En le rendant acteur de la recherche de solution, l’enfant apprendra à canaliser son émotion et à élaborer des stratégies.

Pour les enfants qui aiment dessiner, il est possible de leur proposer de dessiner leurs colères. Le dessin sera ensuite déchiré, froissé et jeté à la poubelle lorsque l’enfant sera prêt à se débarrasser de sa colère.

Vous trouverez encore beaucoup d’autres astuces pour aider à canaliser la colère de vos enfants sur le net.

Votre question est souvent : « comment éviter les colères, les rendre moins fréquentes ?! »

Comment diminuer le nombre de colère de mon enfant ?

Nous l’avons vu en introduction, la colère répond à une blessure, un sentiment d’injustice et une frustration. Alors, comment pouvons-nous faire pour diminuer les colères ? Et bien en diminuant ses causes ! Facile me direz-vous mais pas si simple au quotidien !

Voici quelques pistes :

  • Remplir régulièrement leur réservoir d’amour

Avez-vous déjà entendu parlé de ce réservoir ? Nos enfants fonctionnent avec un carburant un peu particulier : notre attention et notre amour ! Quand la jauge est pleine, les crises en tout genre et les colères diminuent. Quand ils sont sur la réserve, les crises et les colères se multiplient pour des raisons qui nous paraissent de plus en plus obscures. Les câlins, le contact physique, la tendresse mais aussi les moments de réelles attention (je veux dire ceux où nous sommes pleinement et entièrement présents pour eux !) les moments de jeux sont autant de choses qui remplissent ce réservoir. Et ne vous inquiétez pas, si vous avez le sentiment d’avoir suffisamment rempli le réservoir de votre enfant et qu’une colère se déclenche, remplissez-le à nouveau, il n’a jamais été rapporté de cas d’overdose 😉 et ce quel que soit l’âge de votre enfant !

  • Encouragez et favorisez l’autonomie

Ce que les enfants aiment par-dessus tout, c’est faire seul. Quel que soit leur âge, ils aspirent à toujours à plus d’autonomie. Tous les parents qui me liront le diront : c’est super l’autonomie, nous tentons justement d’ amener nos enfants vers plus d’autonomie. Oui, mais nous savons aussi toutes et tous qu’au quotidien, ce n’est pas si facile ! Pris dans le tourbillon du quotidien, nous n’avons pas le temps de prendre le temps, parce que notre instinct de protection prend le dessus, parce que, parce que… Et toutes ces raisons sont bonnes ! Pourtant, avec chaque famille accompagnée jusqu’alors, nous avons toujours pu trouver dans des petits détails du quotidien, des moments propices à cela, c’est donc que c’est possible !

  • Mettez en place des rituels

Les rituels permettent d’éviter certaines frustrations et donc certaines colères ! Ils permettent à l’enfant de s’attendre à ce qu’il va devoir faire. Les rituels sont particulièrement efficaces pour tous les actes de la vie quotidienne que nos enfants adorent : l’heure du départ à l’école, de la douche, du brossage de dent, du coucher etc etc… 😉 Lorsqu’un rituel est mis en place, il devient une habitude et permet aux enfants de ne plus les ressentir comme venant faire effraction dans un moment de plaisir. Il permet aussi aux parents les plus imaginatifs de rendre ces moments joyeux (cf article sur la joie) et donc agréables. Les rituels apaiseront les enfants les plus jeunes mais également les plus anxieux qui verront dans cette routine une sécurité qui viendra apaiser leurs angoisses.

  • Proposez des choix

Il a été prouvé par les neurosciences que les enfants n’entendent pas le non. Essayez de formuler autrement vos messages, vous diminuerez le sentiment de frustration et/ou de blessure. Si votre enfant vous demande un bonbon et que vous n’êtes pas d’accord, proposez-lui plutôt un fruit ! S’il n’a pas envie de mettre ses baskets, proposez-lui de choisir une autre paire de chaussures adaptées à la météo. L’idée est bien entendu de proposer des choix qui vous satisfassent dans tous les cas. Lui permettre de choisir ne veut pas dire le laisser décider de choses trop complexes pour lui, ce qui générerait de l’insécurité et c’est notre rôle de parent d’offrir un cadre rassurant à nos enfants.

  • Anticipez !

Vous connaissez mieux que personne votre enfant et vous savez exactement quelles sont les situations qui seront quasiment à coup sûres sources de frustrations, de sentiment d’injustice ou de blessure. Anticipez-les ! Préparer vos enfants aux contraintes auxquelles ils vont être soumis est un des moyens les plus efficace d’éviter les colères. Un des outils que j’aime utiliser pour la gestion du temps est le time timer. Cette outil permet aux enfants de visualiser le temps qu’ils leur restent pour profiter de leur activité favorite ou du temps qu’il leur est octroyé pour regarder la télévision ou utiliser leurs tablettes etc etc..

C’est un investissement financier que je n’ai, pour ma part, jamais regretté !

La colère chez les enfants haut potentiel intellectuel

Je ne me lasse jamais de répéter cette phrase d’Olivier Revol « les enfants précoces ne sont pas des enfants comme les autres, mais comme les autres, ce sont des enfants ».

C’est particulièrement vrai dans le cas des colères. Les colères sont sans doute plus nombreuses chez les enfants précoces que chez les autres enfants pour une raison assez facile à identifier : les enfants précoces ont souvent une hypersensibilité et par la même une intolérance particulière à l’injustice et à la frustration. Leur rapport à l’autorité est également souvent complexe et bon nombres de situations banales pour d’autres peuvent alors devenir pour eux l’occasion de réelles blessures et de colères importantes.

Comment les aider ?

Contrairement à d’autres enfants du même âge, les enfants précoces sont souvent doués plus tôt de raison. Cette différence, bien qu’étant source d’angoisse ou de questionnements permanents, est également un merveilleux outil pour les aider à surmonter leurs émotions.

Dans le cas de la colère, l’anticipation est de mon point de vue la clef d’une journée sans colère. Il nous est possible de les préparer efficacement à tout un tas de situations prévisibles. Et cette préparation pourra être réactivée en une simple parole si le moment venu la colère pointe le bout de son nez !

Bien fatiguant me direz-vous de tout devoir anticiper ! Je vous comprends, je le vis 😊

Mais dites-moi, est-il plus couteux en énergie pour vous d’anticiper et de préparer vos enfants aux situations « à risque » ou d’affronter et de devoir canaliser leurs colères le moment venu ? Il ne s’agit pas d’entrer dans la négociation en permanence ou pire la justification mais bien de poser le cadre que vous avez choisi pour telle ou telle situation à l’avance afin que votre enfant n’en soit pas surpris, puisse s’y préparer. Si votre enfant à tendance à avoir de la difficulté à accepter votre refus face aux nombreuses sollicitations d’un magasin, préparez-le, informez-le de ce qui sera possible ou ne le sera pas, vous éviterez bon nombre de frustration et donc de colère. Si vous devez partir du parc, informez-le du temps qu’il lui reste, faites lui-même le décompte par minute (ou emporter votre time timer !) afin qu’il ne vive pas comme une injustice votre décision d’interrompre son moment de plaisir etc, etc…

Les rituels sont également un outil à user et abuser avec les enfants intellectuellement précoces. Ils permettent d’abord de canaliser leur nature anxieuse en les assurant que les choses se passent de la même façon et ils rendent les tâches quotidiennes plus agréables.

Les enfants intellectuellement précoces détestent en général la routine et ils en ont pourtant besoin pour canaliser leurs émotions. C’est une de leur ambivalence, à nous de rendre la routine joyeuse, d’insérer dans les rituels que nous leurs proposons de la nouveauté à petite dose, juste ce qu’il faut pour ne pas lasser mais pas trop pour ne pas les heurter. Nous pouvons décider que le brossage des dents se fait après chaque repas (instauration d’un rituel) mais nous pouvons également décider qu’il se fera tantôt en écoutant une musique de son choix, tantôt grâce à une application sur notre téléphone qui le distraira etc, etc.

Vous pouvez aussi leur permettre de décider du rituel qui sera mis en place pour chaque tâche à accomplir. En les responsabilisant, ils n’auront pas le sentiment de subir une décision arbitraire et nous contribuerons de plus à la construction de leur estime de soi.

Croyez-moi, il faut être inventif avec ce type d’enfants mais ça marche !

 

Trackbacks & Pings

Laissez moi votre commentaire !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.

 

Inscrivez vous maintenant en cliquant ici 

error: